« Il s’agissait de donner le la à ses doigts, comme s’il commandait les compositions à un interprète qui n’était pas lui-même et qui l’était en même temps, spectateur et acteur d’instants suspendus. »

Marc Boisson, Le piano, p.46