Le piano 🎹

Extrait de mon manuscrit en cours


Le soleil qui inondait la pièce à mon réveil s’était rafraichi de nuages qui jouaient à cache-cache avec mon piano. Je posai une boisson mentholée gazeuse sur le haut de l’instrument et adressai mes doigts désormais confiants à la nacre des touches. Je n’avais pas hésité pour l’entrée en concert. J’entamai les notes de la partition du prélude et fugue BWV 855 du clavier bien tempéré. Mon regard s’en éloigna bientôt, sans que je m’en rendisse compte, pour plonger dans le va-et-vient de la mélodie que mes doigts expiraient comme s’ils l’avaient toujours connue. Ils débutèrent lentement, comme la composition le demandait, revinrent sur eux-mêmes, partirent en ligne droite, firent battre le contrepoint d’une main l’autre, dont le morceau ne se départirait plus, un rythme de fond qui lui offre son ossature et sa confiance pour exprimer sa liberté. Les notes s’accélèrent ensuite comme si elles allaient chuter mais demeurent toujours debout, vives, parfaites. Je jouai encore et encore les deux minutes de cette offrande que Bach a faite à la plénitude sans présager de sa postérité.

Tiradentes

Aujourd’hui, 21 avril, on célèbre au Brésil Tiradentes.

Pour connaître l’étonnante histoire de ce héros de l’histoire du Brésil, qui a failli, avec une poignée d’hommes, changer la face du pays.

 

 

Les épisodes dans votre boîte mail

Pour recevoir par mail la version audio et par épisodes du roman, envoyez un message sur la page contact de ce site.

Ça par exemple

L’écran vire au noir. Personne ne se lève. Je ne sais pas par quel moyen on parvient à saisir les sentiments d’un groupe. Mais je n’ai pas de doute. Le silence était admiratif. Une salve d’applaudissements le confirme. C’est poussé par Colette que Jim s’ébranle du fauteuil d’à côté. Il se retourne et salue. Tous se lèvent et l’intensité de l’hommage augmente encore. Je n’ai envie de parler avec personne. Les images resteront des images… Je me lève enfin et lorsque je parviens à la sortie de la salle vide, j’entends Jim crier : « Ça par exemple ! Si je m’attendais. »

 

Extrait de Vox Latina 

Roman gratuit en ligne

Vox Latina en accès gratuit ici

 

Concert solitaire

C’est à la dernière note de ce concert solitaire – je rappelle que je reportais les notes de mes étudiants sur le logiciel de l’université, auquel je n’avais accès que sur l’Intranet – que me vint l’idée de rédiger un chapitre récapitulatif de mes recherches. Je ne sais pas comment l’expliquer. J’étais assis au bureau de la petite salle attenante à la salle des professeurs. Nous le partagions avec quatre collègues. Un rayon de soleil désignait ma main posée sur le bureau brun. Il avait traversé la fenêtre à ma gauche, me berçait, sans m’étouffer de sa force estivale. Le silence me parut également propice à l’écriture.
Extrait de Il est mort Jim, p. 282, Ezema

 

Mayta

     

 

 

L’intégrale

L’intégrale de la conférence en ligne
« Marc Boisson, un écrivain français au Brésil » 28 novembre 2020

Une invitation de l’Association des professeurs de français du Minas Gerais et de l’Alliance française de Belo Horizonte.

Cliquer sur l’image