« Alors seulement on devient capable de savoir que le monde que l’on regarde chaque jour est une description »

Carlos Castaneda, Le voyage à Ixtlan Les leçons de don Juan, Folio, P. 326

Le piano 🎹

Extrait de mon manuscrit en cours


Le soleil qui inondait la pièce à mon réveil s’était rafraichi de nuages qui jouaient à cache-cache avec mon piano. Je posai une boisson mentholée gazeuse sur le haut de l’instrument et adressai mes doigts désormais confiants à la nacre des touches. Je n’avais pas hésité pour l’entrée en concert. J’entamai les notes de la partition du prélude et fugue BWV 855 du clavier bien tempéré. Mon regard s’en éloigna bientôt, sans que je m’en rendisse compte, pour plonger dans le va-et-vient de la mélodie que mes doigts expiraient comme s’ils l’avaient toujours connue. Ils débutèrent lentement, comme la composition le demandait, revinrent sur eux-mêmes, partirent en ligne droite, firent battre le contrepoint d’une main l’autre, dont le morceau ne se départirait plus, un rythme de fond qui lui offre son ossature et sa confiance pour exprimer sa liberté. Les notes s’accélèrent ensuite comme si elles allaient chuter mais demeurent toujours debout, vives, parfaites. Je jouai encore et encore les deux minutes de cette offrande que Bach a faite à la plénitude sans présager de sa postérité.

Il était une foi

Pic Rights est une société qui chasse les petits contrevenants pour le compte notamment de l’Agence France-Presse. Attention aux photos que vous publiez, même si elles vous semblent libres de droit car apparaissant comme telles sur le site de téléchargement que vous utilisez.
Il y a apparemment des subtilités qui font qu’elles ne le sont pas nécessairement. Pic rights, comme son nom l’indique, fonce droit sur vous comme l’aigle pique sur sa proie. Ses griffes ne vous lâchent alors plus. D’emblée, ils vous indiquent que la bonne foi n’est pas un argument qu’ils prendront en considération, comme la loi les y autorise. Mes articles seront donc souvent désormais à court d’illustrations.
Un auteur très confidentiel, lui, a beaucoup plus de difficultés à recouvrer les droits qui lui sont dûs. Tenez, par exemple, je n’ai aucune nouvelle de la librairie, que je ne nommerais pas, qui a publié le livre dont je suis co-auteur et dans laquelle quelques exemplaires de mon avant-dernier roman sont en dépôt-vente.
Je voulais m’essayer à une anecdote humoristique mais finalement je n’y vois rien de drôle…

« Je ne veux pas que l’on disperse mes cendres sur Facebook »


C. m’a adressé ses dernières volontés, avec une entrée en matière aussi laconique que décidée : “Je ne veux pas que l’on disperse mes cendres sur Facebook”.
“Tu comprends, a-t-elle poursuivi quand je l’ai appelée pour m’étonner, aujourd’hui on naît sur Facebook.
– En quoi cela t’étonne qu’on soit sur Facebook comme des millions de terriens ?”
– Je ne suis pas née sur Facebook, je n’y ai pas grandi, privant ainsi mes parents et grands-parents du bonheur photographique virtuel, je n’y ai pas mangé au milieu d’annonces sponsorisées par divers restaurants. Et aujourd’hui, je ne veux pas y mourir et avoir pour toute épitaphe des like ou des émoticônes larmoyants.”
Je me suis demandée si C. n’était pas une dangereuse anarchiste… Je préfère taire son prénom pour éviter de justes représailles à son encontre.


 

Tiradentes

Aujourd’hui, 21 avril, on célèbre au Brésil Tiradentes.

Pour connaître l’étonnante histoire de ce héros de l’histoire du Brésil, qui a failli, avec une poignée d’hommes, changer la face du pays.

 

 

Recevez gratuitement le livre audio Ça n’intéresse personne par épisodes
Page contact de ce site

L’offre continue

 

 

 

 

 

 

 

Les premières lignes de ÇA N’INTERESSE PERSONNE lues par Stéphanie. Si vous voulez recevoir par mail la version audio et par épisodes du récit, vous pouvez encore envoyer un message sur la page contact de ce site.

LES LIVRES